News Agency|Thursday, October 28, 2021
You are here: Home » Societe » Vers une communauté sans apatridie et sans torture
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

Actualites

Vers une communauté sans apatridie et sans torture 

Port-au-Prince ! Jeudi 14 Août 2014.-

Le coordonateur général de l’Action Citoyenne pour l’Abolition de la Torture (ACAT, Urbens Wilbert Dieuveuil, a procédé lundi 11 août 2014, à la remise d’un lot de matériels (sept laptops et trois imprimantes) aux Archives Nationales d’Haïti dans le cadre du Programme d’Identification des Immigrants Haïtiens (PIDIH).

Réalisée en partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), cette initiative de l’ACAT, vise à renforcer le plan de documentation des haïtiens vivant à l’étranger, notamment en République Dominicaine, lit-on dans un communiqué transmis à Haïti Inter Presse.

Le Directeur général des Archives Nationales d’Haïti, Monsieur Jean Wilfrid Bertrand, qui  recevait les matériels en mains propres, a salué l’apport de l’ACAT, qui selon lui  permettra à l’institution de mieux faire son  travail. « Les équipement de l’ACAT sont particulièrement bien venus, a-t-il lancé, ils nous permettront de démarrer le programme sous des chapeaux de roue ».

Il dit par ailleurs, compter sur ce programme pour atténuer les conflits permanents existant entre les deux peuples – conflits politiques et commerciaux-. « Via ce programme, l’état haïtien envisage d’identifier et de documenter 300 000 immigrants sur une population estimée à  500 000 », a soutenu  Monsieur Bertrand.

« Pour la somme de 1000 pesos, on leur donnera un package contenant un acte de naissance, une carte d’identification et un passeport », a-t-il ajouté.

« On mettra en place dans différents consulats, a-t-il conclu, des structures permanentes,  notamment à Santo-Domingo, Barahona, Higuey et Santiago afin de pérenniser le programme ».

Le Coordonnateur général de l’ACAT a pour sa part,  indiqué que cette série de remise aux ANH entre dans le cadre d’un programme de lutte contre l’apatridie mis sur pied par  cette organisation de défense des droits de l’homme.

« Cela entre dans le cadre d’un plaidoyer que nous menons depuis 2010 en vue de documenter nos sans papiers et réduire du même coup le risque de l’apatride en Haïti». Monsieur Urbens Wilbert Dieuveuil dit espérer que le programme sera complètement opérationnel comme convenu dans les différentes zones ciblées par les autorités haïtiennes.

« Nous souhaitons, a poursuivi Monsieur,  que les critères de sélection soient clairement définis afin que ce soient réellement les immigrants haïtiens en situation de besoin de pièces d’identification qui bénéficient de ce programme et non les dominicains d’origine haïtienne frappés par l’arrêt TC-0168-13. Ce qui entraverait à coup sur le processus de régularisation de leur statut».

Il s’agit en effet d’un deuxième lot de matériels remis aux Archives nationales Haïti en vue de renforcer le programme de documentation de haïtiens vivant. Le premier contenait entre autres, sept laptops et quatre imprimantes.

HIP

 

 

 

 

 

Add a Comment