News Agency|Sunday, October 17, 2021
You are here: Home » Nationale » La Confédération syndicale internationale presse l’Etat haïtien d’adopter des mesures en faveur des travailleurs de l’ONA
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

La Confédération syndicale internationale presse l’Etat haïtien d’adopter des mesures en faveur des travailleurs de l’ONA 

Port-au-Prince ! Samedi 17 Mai 2014.-

 

La situation des travailleurs et travailleuses de l’Office national d’Assurance Vieillesse (ONA), regroupés en syndicat pour défendre leurs intérêts, est très préoccupante, s’est alarmée vendredi la Confédération syndicale internationale (CSI), basée à Bruxelles, capitale de la Belgique.

Dans une lettre adressée au président de la république Michel Joseph Martelly dont copie est parvenue à l’agence d’information Haïti Inter Presse, la CSI appelle à l’adoption des mesures nécessaires et urgentes pour mettre un terme à ce qu’elle appelle, aux violations  des droits des travailleurs et travailleuses de l’ONA.

La Confédération syndicale internationale réclame la garantie du respect légitime de la liberté syndicale et du respect des droits fondamentaux de ces syndicalistes, membres de la Confédération des Travailleurs Haïtiens (CTH).

Elle déclare également noter l’atteinte à l’intégrité physique et au droit à la vie contre le Vice-président du syndicat Pierre Martin Dambreville, qui a reçu le 16 avril 2014, deux balles au ventre, tirées par un agent de sécurité privé du Directeur Général de l’ONA Bernard Desgraff.

L’organisation reproche par ailleurs, à Monsieur Desgraff d’avoir foulé aux pieds les droits de ces travailleurs en refusant de leur accorder des avantages  sociaux, régis par la loi organique de l’ONA.

Depuis le 25 mars 2014, les travailleurs sont en grève en raison des multiples révocations injustes et transferts abusifs de plusieurs de leurs camarades,  dans la perspective d’affaiblir ou d’anéantir le syndicat de l’ONA, écrit la Secrétaire  générale de la Confédération syndicale internationale Sharan Burrow dans cette correspondance au président Michel Joseph Martelly.

HIP

Add a Comment