News Agency|Sunday, August 18, 2019
You are here: Home » Communique » L’Université d’Etat d’Haïti salue la mémoire du professeur Roger PETIT-FRERE
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

L’Université d’Etat d’Haïti salue la mémoire du professeur Roger PETIT-FRERE 

logo UEH

Port-au-Pince ! Vendredi 9 Aoȗt 2019.-

Le Rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti a appris, avec un profond regret, la triste nouvelle de la mort du professeur Roger PETIT-FRERE, survenue dans la matinée du jeudi 8 août 2019 à l’âge de 77 ans.  

Le Rectorat, au nom de la communauté universitaire, salue le départ de ce professeur chercheur et de cette figure intellectuelle éminente qui a contribué énormément à la formation de plusieurs générations d’étudiants à l’Université d’Etat d’Haïti.

Le professeur Petit-Frère a enseigné pendant plus d’une trentaine d’années l’analyse politique à travers plusieurs entités de l’UEH. Dans les années 90, il occupait la fonction de membre de conseil de direction de l’Ecole Normale Supérieure et de l’INAGHEI. Il fut aussi à cette même époque membre du Conseil de l’Université d’Etat d’Haïti.

Partisan de l’autonomie de l’Université d’Etat d’Haïti, Roger Petit-Frère représentait le professeur-symbole à ladite université. C’est l’un parmi les rares professeurs qui a osé enseigner les sciences sociales ainsi que l’histoire des idées politiques et sociales pendant la dictature duvaliériste.

Ainsi, nous louons donc son courage et son savoir-faire. Le professeur Petit-Frère croyait que l’université devait aussi s’impliquer dans la transformation de la société.

Analyste lucide, il aidait notre université et la société à mieux se comprendre. Ennemi du dogmatisme, il a appris à ses étudiants à cultiver l’esprit critique et le sens du dialogue argumenté. C’est une grande perte pour l’université. Le professeur Petit-Frère demeurera un grand citoyen, un grand humaniste qui a servi le pays avec compétence.

Le Rectorat présente ses condoléances à sa famille, à ses collègues, à ses amis et à tous ceux que ce deuil afflige.

 

 

 

 

 

 

 

Add a Comment