News Agency|Sunday, September 20, 2020
You are here: Home » Communique » L’UNICEF condamne avec fermeté la mort de 15 enfants dans l’incendie d’un orphelinat et appelle à la fin de l’institutionnalisation en Haïti
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

L’UNICEF condamne avec fermeté la mort de 15 enfants dans l’incendie d’un orphelinat et appelle à la fin de l’institutionnalisation en Haïti 

logo_unicef 6

Port-au-Prince ! Vendredi 14 février 2020.-

.Le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) est profondément attristé par la mort tragique de 15 enfants dans l’Orphelinat Compréhension de la Bible à Fermathe (Haïti), à la suite d’un incendie survenu le 13 février 2020 au soir. Parmi les enfants décédés, il y’aurait des enfants de bas âge dont des bébés.

Le Fonds exprime ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple haïtien tout entier. Il condamne avec fermeté l’ouverture de maisons d’enfants, non accrédités, qui ne respectent pas les normes établies par les autorités nationales. Selon l’article 2 du décret du 22 décembre 1971, toute maison d’enfants, publique ou privée, laïque ou religieuse, pour fonctionner, doit avoir au préalable, une autorisation du service des œuvres sociales de l’Institut du Bien-Etre Social et de Recherches (IBESR). En octobre 2018, un moratoire a été adopté, interdisant toute nouvelle ouverture d’orphelinat en Haïti.

Selon l’IBESR, l’orphelinat n’avait pas été accrédité. En 2019, l’IBESR a effectué une évaluation complète de 754 maisons d’enfants regroupant 25 800 enfants et seul 35 d’entre elles répondent aux normes de soins établies. Les maisons d’enfants qui opèrent sans autorisation, doivent élaborer un plan de fermeture graduelle, afin que les enfants puissent avoir accès à une prise en charge adéquate.

« Un enfant appartient à une famille, à une communauté et ne devrait pas résider dans des centres d’hébergement sans soins parentaux », a déclaré Maria-Luisa Fornara, Représentante du Fonds des nations pour l’enfance en Haïti.

La Convention relative aux droits de l’enfant et les Lignes directrices des Nations Unies sur les soins alternatifs pour les enfants indiquent que l’envoi d’enfants dans des institutions devrait toujours être la dernière option, une mesure temporaire et toujours pour la durée la plus courte possible. Haïti s’est déjà engagé dans une politique de désinstitutionalisation, et un plan de réforme est en cours d’élaboration, qui met l’accent sur la prévention de la séparation des familles, le renforcement du système des familles d’accueil et l’accélération du regroupement des enfants avec leurs familles biologiques.

L’IBESR a déjà déployé une aide d’urgence aux enfants de l’orphelinat affecté, en attendant d’évaluer les besoins d’une assistance complète, y compris un soutien psychosocial. En collaboration avec d’autres partenaires, le Fonds des nations unies pour l’enfance s’active à soutenir l’IBESR et continuera d’œuvrer aux côtés des autorités haïtiennes afin de donner tout appui nécessaire aux enfants en situation d’urgence.

 

 

 

 

 

 

 

 

Add a Comment