News Agency|Tuesday, December 1, 2020
You are here: Home » Communique » Défenseurs Plus dénonce l’inaction des autorités face au climat de terreur imposé par les gangs armés dans le pays
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

Défenseurs Plus dénonce l’inaction des autorités face au climat de terreur imposé par les gangs armés dans le pays 

Photo 2 Antonal Mortime

 

Port-au-Prince ! Samedi 1er novembre 2019.-

Le Collectif Défenseurs Plus, Organisme de Promotion et de Défense des Droits Humains constate avec regret la présence des groupes armés dans les différentes villes du pays dont la capitale.

Cette présence remarquable des groupes armés dans le pays ne date pas d’aujourd’hui, mais depuis un certain temps, cette situation est aggravée, tout en atteignant son paroxysme.

On assiste à une prolifération des groupes armés sur tout le territoire national et par conséquent à une montée considérable des crimes, des actes de violence à un rythme accéléré. Les exécutions sommaires et les vengeances populaires sont devenus monnaie courante, révèlent les observateurs et les observatrices du Collectif Défenseurs Plus dans les villes de provinces et certaines régions de la capitale.

De plus, la Commission Nationale de Désarmement, Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR) avait confirmé au commencement de l’année 2019 que plus de soixante-seize (73) gangs armés ont été répertoriés à travers le territoire national.

Qui contrôle ces groupes armés ? Ils travaillent au profit de qui ? Comment sont alimentés ? Sont autant de questions qui préoccupent le Collectif Défenseurs Plus.

Durant le week-end du 25 au 27 octobre 2019, nombreux sont ceux qui ont été choqués de voir circuler sur les réseaux sociaux, des vidéos et des photos montrant des individus lourdement armés, en possession de machettes, entrain dedécapiter des  cadavres humains,  qu’ils identifient comme des adversaires.

Selon les informations, ces actes ont été perpétrés dans le département de l’Artibonite, plus précisément dans la commune de Petite-Rivière par les membres du gang occupant la localité de Savien, à l’encontre d’un autre groupe de bandits rival à Marchands Dessalines, une autre commune dans le départementale.

Il est regrettable que des actes aussi horribles que cruels sinon inhumains puissent se produire  dans le pays, exposant ainsi les enfants, les jeunes et la société haïtienne en générale à des scènes de violences aussi choquantes.

Défenseurs Plus attire l’attention des autorités étatiques et religieuses sur cette situation de terreur, à laquelle est confrontée la population de l’Artibonite, qui fait les frais de ce conflit sanglant mettant aux prises ces groupes armés rivaux.

Ces scènes de violences ont été constatées dans les différents quartiers populaires et bidonvilles de Port-au-Prince. Le Collectif Défenseurs Plus déplore que certaines familles soient contraintes de fuir leurs terres et  leurs maisons pour échapperà la violence des groupes armés, sans aucun recours des autorités policières et gouvernementales.

Alors que la situation socio-économique des haïtiens ne cesse  de se détériorer, ils sont en butte à une insécurité aigue, qui grossit les rangs des victimes : des blessés, des traumatisés, des gens dépouillésde leurs biens,  de leurs paix ou de leurs vies.

Le banditisme et l’anarchie généralisée prend de plus en plus d’espace dans le pays, à un point tel ou certains gangs armés s’arrogent le droit d’autoriser ou d’interdire la circulation des personnes dans certaines zones, en utilisant les micros de certains medias.

Ils défient donc l’autorité des pouvoirs publics tout en empêchant la population de vaquer librement à leurs occupations.  Et qui plus est, même des hauts fonctionnaires, (parlementaires, juges…) sont souvent dans l’impossibilité d’accomplir leurs tâches en raison du climat d’insécurité qui règne aux environs de certains bâtiments publics.

Défenseurs Plus tient à rappeler aux autorités étatiques (gouvernement, parlement, judiciaire et les institutions indépendantes) que la vie, la sécurité, des citoyens doivent être leurs intérêts suprêmes.

Car, le but ultime de la politique est de garantir le bien-être  des citoyens et des citoyennes de la cité. Que vaut donc un Etat s’il n’est capable de garantir protection des vies et des biens ? S’il n’est pas capable de rétablir l’ordre public et la sécurité nationale ? Il est regrettable de constater que les dirigeants actuels et dans le passé n’ont jamais agir avec constance et fermeté pour pallier aux problèmes de la population mais continuent à percevoir leurs salaires et à jouir des privilèges qui sont liés à leur fonction.

En ce sens, le Collectif  Défenseurs Plus, déplore et condamne avec véhémence la nonchalance des autorités étatiques et les invite à tirer la révérence s’il persiste à se montrer incapable de garantir l’ordre public et le bon fonctionnement des institutions dans l’intérêt de la population.

Fait à Port-au-Prince, 31 octobre 2019

Antonal MORTIMÉ

Co-Directeur

 

 

 

 

 

 

Add a Comment