News Agency|Friday, August 14, 2020
You are here: Home » Communique » Communiqué
  • HABILETÉ – INTÉGRITÉ – PROFESSIONNALISME

Communiqué 

Logo 2 UE

Port-au-Prince !Jeudi 16 Juillet 2020.-
L’Amérique latine, les Caraïbes et l’Union européenne (UE) entretiennent des relations solides et partagent une histoire, des valeurs universelles et des intérêts politiques communs. Pourtant, il y a davantage qui sous-tend notre relation.

Au cours des dernières années, nos sociétés sont devenues plus intégrées, renforçant notre poids politique et économique dans le monde: ensemble, nous constituons 25% du PIB mondial, formons un tiers des Membres des Nations Unies et pour près de la moitié des membres du G20.

Cependant, le monde que nous connaissons est en train de changer, notamment par la pandémie de Covid-19, et les valeurs que nous partageons semblent de plus en plus remises en question. Du multilatéralisme et du développement durable à l’égalité et à la cohésion sociale, notre attachement à un ordre mondial fondé sur des règles est mis à l’épreuve.

Dans cet ordre mondial en mutation, l’Amérique latine et l’Europe doivent continuer à travailler ensemble pour projeter leur influence et protéger les valeurs que notre partenariat défend. Le principal défi auquel nous sommes confrontés maintenant est la lutte commune pour vaincre le Covid-19.

De l’Asie à l’Europe et aux Amériques, «l’épicentre de la pandémie» s’est déplacé et a envoyé des ondes de choc à travers le monde, affectant les économies et les sociétés de manière inégale à mesure que le virus se propageait d’un continent à l’autre.

L’Amérique latine a été particulièrement touchée par le Covid-19. Alors que la région abrite 8% de la population mondiale, elle représente 20% des décès mondiaux de Covid-19, et la moitié de tous les nouveaux décès dans le monde se trouvent dans la région, selon les chiffres de début juillet. Et n’oublions pas qu’ici comme ailleurs, le nombre réel de décès pourrait bien être plus élevé que les données ne le montrent. Heureusement, la plupart des pays de la région ont réagi rapidement au déclenchement de la pandémie.

Malgré les difficultés économiques que les mesures de verrouillage ont provoquées dans la plupart des économies, ces choix se sont avérés les bons et les plus responsables à faire pour sauver des vies.

Bien que cette action décisive n’ait pas encore permis de maîtriser totalement la pandémie, nous devons nous concentrer sur quatre facteurs. Premièrement, le COVID-19 a frappé l’Amérique latine à un moment où les performances économiques et la confiance du public dans les institutions étaient déjà faibles.

Deuxièmement, l’impact économique de la pandémie est fortement lié aux conditions préexistantes – y compris l’emploi informel, la pauvreté et les inégalités – et seulement en partie aux mesures prises. Alors que plus de la moitié de la population de la région a du mal à joindre les deux bouts, le verrouillage pose un dilemme inévitable: avoir faim ou être infecté.

Parallèlement, les femmes victimes de violences sexistes sont confrontées à une menace existentielle, tandis que les taux élevés de surpopulation dans le logement et les transports, le manque d’accès à l’eau potable et la faiblesse des services de santé aggravent encore une situation déjà complexe.

Troisièmement, plus de trois mois de mesures de contrôle ont imposé un énorme tribut social et humain en termes de protection de la santé, de soutien aux plus vulnérables et de contribution à l’effort mondial pour contenir le virus.

Aujourd’hui, la région est confrontée à une «tempête parfaite», la pandémie étant en augmentation dans des sociétés déjà épuisées par les tentatives pour la contenir. Ces efforts méritent d’être reconnus et, surtout, de recevoir un soutien urgent de la communauté internationale et de l’Union européenne.

Quatrièmement, les réponses financières multilatérales n’ont jusqu’à présent pas répondu aux besoins réels dans une région disposant de peu de marge de manœuvre budgétaire et monétaire et de faibles recettes fiscales.

Dans l’ensemble, ces facteurs brossent un tableau plutôt sombre. Pourtant, ils nous disent aussi comment nous pouvons commencer à renverser la situation.

Pour des partenaires internationaux comme l’Union européenne, le G20, la Banque mondiale et d’autres organisations multilatérales, cela signifie répondre de manière adéquate, notamment en finançant les systèmes de santé, préserver les emplois et éviter un nouveau cycle d’austérité. Le scénario alternatif d’un retour à la « décennie perdue » des années 80. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise.

Nous devons lutter contre toutes les formes d’inégalité – qui constitue un élément central des efforts de développement durable de l’UE avec tous les pays partenaires du monde entier. Nous ne devons laisser personne de côté. Et nous devons offrir aux jeunes de réelles perspectives d’avenir.

L’Amérique latine a également besoin d’une solution temporaire basée sur les besoins et les possibilités de construire un avenir meilleur et responsable. Tout comme l’UE étudie les moyens de maximiser l’impact de ses outils budgétaires pour stimuler la reprise de son économie, le FMI devrait envisager d’intensifier sa propre action dans la région, en offrant des conditions plus généreuses qu’il ne l’a fait jusqu’à présent.

Dans le même temps, l’UE renforce son soutien à l’Amérique latine. Grâce à l’approche Team Europe, nous avons redirigé près d’un milliard d’euros pour répondre aux besoins sanitaires et sociaux de base en Amérique latine. Mais nous pouvons et devons faire plus, à commencer par un soutien à moyen terme plus solide dans le nouveau budget à long terme de l’Union européenne pour 2021-2027.

Avec une vision claire de notre partenariat et le bon niveau de soutien, nous pouvons doter la région de la résilience sociale et économique pour mieux résister aux crises futures. Et nous devons continuer à défendre nos valeurs communes qui sont au cœur de notre partenariat. Alors que beaucoup remettent de plus en plus en question le système multilatéral, nous devons continuer de conjuguer nos efforts pour arrêter une nouvelle érosion de l’ordre mondial et pour mettre un terme aux inégalités et divergences mondiales croissantes.

Add a Comment